Le festival de films AlimenTerre

LE FESTIVAL DE FILMS EST L’ÉVÉNEMENT CENTRAL DE LA CAMPAGNE ALIMENTERRE

Du 15 octobre au 30 novembre, en France, en Europe et en Afrique de l’ouest, il invite à des débats avec des spécialistes d’Europe ou d’Afrique sur les enjeux agricoles et alimentaires Nord – Sud, àpartir d’une sélection de films documentaires.

HISTORIQUE

Fin 2007, le Festival de films ALIMENTERRE a vu le jour dans un cinéma parisien. Depuis, grâce à la formidable mobilsation du réseau ALIMENTERRE, il a pris une belle envergure. En 2010, près de 400 projections-débats ont été organisés dans plus de 200 villes. Près de 24 000 spectateurs y ont participé. Le Festival de films est aujourd’hui la principale activité de la campagne ALIMENTERRE et un excellent vecteur de sensibilisation et d’échanges.

POURQUOI ?

Le Festival de films ALIMENTERRE vise à :

  • informer de façon objective un public large sur les différents enjeux permettant ou non un accès à une alimentation saine et suffisante pour tous ;
  • inciter à une réappropriation de la question alimentaire par les citoyens, en reconsidérant ainsi le travail des agriculteurs ;
  • proposer des pistes d’action concrètes pour soutenir un modèle agricole plus équitable, et plus respectueux de l’environnement et des écosystèmes ;
  • sensibiliser les futurs professionnels agricoles sur les impacts des modèles agricoles choisis ;
  • provoquer des débats participatifs, ouverts voire contradictoires entre tous types d’acteurs sur les questions agricoles et alimentaires.

QUAND ?

Le Festival est organisé chaque année du 15 octobre au 30 novembre.

QUOI ?

Chaque année, 5 à 6 films communs à tous sont sélectionnés, traitant des enjeux agricoles et alimentaires Nord-Sud. Chaque projection est suivie d’un débat ouvert, impliquant la mobilisation de dirigeants d’organisations paysannes françaises ou africaines, chercheurs, représentants d’associations de consommateurs, etc. et une participation forte du public.

COMMENT ?

Le Festival est coordonné par le CFSI et organisé de façon décentraliséeavec :

  • un socle commun : des valeurs transcrites dans une « Charte pour une agriculture familiale durable au service d’une alimentation pour tous », un visuel, une sélection de films, des outils de communication ;
  • des spécificités locales, propres à chaque organisation membre du réseau.

Les commentaires sont fermés